Kazuzo Okakura, le livre du thé

Kakuzo Okakura, Le livre du théKazuzo Okakura, Le livre du thé, Ed. Payot, Coll.Rivages poche, 139 p. Traduction de l’anglais par Gabriel Mourey.

La cérémonie du thé est un culte basé sur l’adoration du beau parmi les vulgarités de l’existence quotidienne. Il inspire à ses fidèles la pureté et l’harmonie.(…) Il est essentiellement le culte de l’imparfait, puisqu’il est un effort pour accomplir quelque chose de possible dans cette chose impossible que nous savons être la vie.

Lire la suite de « Kazuzo Okakura, le livre du thé »

Soshitsu Sen,Vie du thé, esprit du thé

Soshitsu Sen, Vies du thé Esprit du thé

ssoshitsu sen vie du thé

Publié aux éditions Arléa en 1983, (sur l’image à gauche, édition de 2013, 118 pages. En couverture, Portrait de Sanyutei Encho, 1930, ©Kaburaki Kiokata).

 

Sen Shoshitsu est le nom traditionnel porté par la série de maîtres de thé de la famille Urasenke. Connu également sous le nom de Hanso Soshitsu, il est né en 1923 et est le quinzième descendant de la  lignée de grands maîtres japonais. Il nous raconte comment il fut préparé dès l’enfance par son père à maîtriser les aspects formels et spirituels du thé. Il fut ensuite initié aux principes du Zen Rinzai et entra en prêtrise. De ce « pénible enseignement*, il garda de son maître les deux principes suivants : « Comme la pierre d’encre qui, aussi longtemps qu’on la frotte, jamais ne s’use » et « Pose des questions. Cherche ensuite la réponse. »
Lire la suite de « Soshitsu Sen,Vie du thé, esprit du thé »

Tanizaki Junichiro, Eloge de l’ombre

Tanizaki Junichiro, Eloge de l’ombre, Ed Verdier, 1978, 91p.

 

tanizaki
L’on connaît les romans de Tanizaki, mais moins ce petit texte, pourtant devenu culte, réflexion sur la conception japonaise du beau. Ecrit en 1933, il fut traduit en 1978, par René Sieffert, éminent japonologue qui traduisit également et entre autres l’œuvre magistrale du Dit du Gengi, équivalent japonais  des Mille et une nuits, écrit au septième siècle par Dame Murasaki Shikibu.
Lire la suite de « Tanizaki Junichiro, Eloge de l’ombre »