Chashitsu : le pavillon de thé

kyoto-maisondethefushin-an-3

chashitsu Fushin-an, Kyoto

Chashitsu (cha: thé et shitsu : pièce) peut désigner une pièce, mais aussi un pavillon tout entier. Ce terme apparaît pour la première fois en 1609 dans le Recueil de textes du moine Nanpo (Nanpobunshû). Pourtant ce n’est qu’à partir de la fin de l’époque Edo (1603-1867) que son emploi va réellement se généraliser. Jusque là, différents noms ont été utilisés pour désigner un petit espace où se retrouvent l’hôte et les invités pour boire du thé : kaisho (lieu de rencontre), sukiya, sôan (cabane de chaume), kakoi (enclos), etc. Toutes ces expressions sont révélatrices des différents aspects du pavillon de thé. Lire la suite de « Chashitsu : le pavillon de thé »

Tanizaki Junichiro, Eloge de l’ombre

Tanizaki Junichiro, Eloge de l’ombre, Ed Verdier, 1978, 91p.

 

tanizaki
L’on connaît les romans de Tanizaki, mais moins ce petit texte, pourtant devenu culte, réflexion sur la conception japonaise du beau. Ecrit en 1933, il fut traduit en 1978, par René Sieffert, éminent japonologue qui traduisit également et entre autres l’œuvre magistrale du Dit du Gengi, équivalent japonais  des Mille et une nuits, écrit au septième siècle par Dame Murasaki Shikibu.
Lire la suite de « Tanizaki Junichiro, Eloge de l’ombre »