Zhang Xiaogang (3) : immobilité et mouvement

Zhang Xiaogang, Blindfolded Dancer, 2016, oil on canvas, 160 cm × 200 cm (63 × 78-3:4) © Zhang Xiaogang

L’oeuvre récente de Zhang Xiaogang est assez complexe. La veine surréaliste qui traverse les différentes peintures pose de nombreuses  questions et ouvre la porte à de multiples interprétations. Petits sauts dans ses peintures. Lire la suite de « Zhang Xiaogang (3) : immobilité et mouvement »

Zhang Xiaogang (1) : entre mémoire individuelle et mémoire collective

Zhang Xiaogang, Bloodline n 3, 1995

Ayant grandi pendant la Révolution culturelle, Zhang Xiaogang explore les thèmes de la mémoire et de l’identité individuelle dans le contexte du collectivisme chinois. Il a été rendu célèbre pour sa série « Bloodline », portraits stylisés et souvent monochromatiques (noir et blanc) de familles chinoises dont les poses rappellent la tradition chinoise des portraits familiaux de la Révolution Culturelle. Mémoire individuelle, mémoire collective, histoire personnelle et histoire standardisée sont autant de thèmes qui traversent l’oeuvre de Zhang Xiaogang.  Lire la suite de « Zhang Xiaogang (1) : entre mémoire individuelle et mémoire collective »

L’art du bambou de Tanabe Chikuunsai IV

Tanabe Chikuunsai IV

Un dicton japonais affirme : « Trois ans pour fendre le bambou, huit ans pour le tresser », ce qui signifie qu’il faut trois ans pour apprendre à préparer le bambou, et huit ans pour apprendre à le tresser dans la forme voulue et pour que les deux mains soient totalement imprégnées par la tradition. Mais, selon la devise des Tanabe, « Toute tradition est un défi« , et Chikuunsai IV  va s’attacher à transmettre une « tradition » répondant de manière créative à ce défi, plutôt qu’une tradition consistant simplement à reproduire la même chose. C’est pourquoi l’oeuvre de Tanabe Chikuunsai IV peut, à juste titre, est considérée à la fois comme traditionnelle et contemporaine. Lire la suite de « L’art du bambou de Tanabe Chikuunsai IV »

CHI LI , Tu es une rivière

Chi Li, Tu es une rivière

Quand Lala devient veuve, elle a trente ans, sept enfants.  Elle ne se remarie pas, souhaitant conserver le semblant de liberté que lui assure son nouveau statut. Mais nous sommes en 1964, les temps sont durs en Chine, et toute la famille doit se mettre au travail. A la fois cruel et douloureusement ironique, ce roman analyse avec finesse tant les rapports entre mère et enfants, que ceux qui règnent au sein même de la fratrie. Mais ces destins individuels sont aussi un prisme à travers lequel Chi Li nous propose la relecture d’un quart de siècle particulièrement mouvementé. L’auteur parvient ainsi à relier magistralement la grande histoire et la petite, tout en soulevant des questions universelles sur les multiples façons d’échapper à l’amour maternel ou de le mendier. Lire la suite de « CHI LI , Tu es une rivière »